Bienvenue : profil - message - déconnexion
  1.  » Index des articles
  2.  » bonus
  3.  » Interview

Gilles CAUDIN par Profcarpe

Je tiens à signaler qu’avant de commencer cette interview, nous avons parlé de l’équipe de France. Gilles m’a dit que pour éviter les polémiques, il n’avait répondu à aucunes questions à ce sujet depuis son départ mais qu’il était disposé à y répondre aujourd’hui. Par respect pour ce grand champion et pour ne pas nuire à son image, j’ai évincé volontairement les questions sur ce sujet. Merci de votre compréhension.

Voici l’interview qu’il a bien voulu m’accorder :

Bonjour Gilles. On peut se tutoyer ?

Pas de problème, allons-y pour tu.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 43 ans, marié, 2 enfants. Je suis représentant chez Sensas depuis 15 ans.

Connais-tu pechemaniac ?

Oui je connais mais je n’y vais pas car je ne suis pas un internaute, je n’y connais pas grand chose. Mais je connais des pêcheurs qui y vont souvent, dont Hervé Bieber et Nicolas Béroud. En fait dans le monde des pêcheurs de compétition, je pense que pas un n’ignore l’existence de ce forum.

Quelle est ta technique de pêche préférée?

Aucune et toutes. En fait je pense qu’il vaut mieux savoir un peu tout pêcher plutôt que de maîtriser à fond une technique et ne pas savoir pratiquer les autres. Je suis pour une ouverture d’esprit dans ce domaine.

Quel est ton poisson préféré ?

Je dirai quand même le gardon.

Quel est ton lieu de pêche favoris ?

Le Canal de la Marne à la Saône car j’habite juste à côté. Mais tous les endroits sont intéressants. Regarde cet étang où je viens pour la première fois. Je le trouve superbe et on passe un bon moment au bord de l’eau, c’est ça le plus intéressant.

Quel est ton niveau de pêche actuel ?

J’ai tout arrêté en individuel et je me consacre à mon club, le team Sensas 28.

A quelles compétitions participes-tu à l’heure actuelle ?

Tout d’abord le championnat de France des club avec le team Sensas 28 composé de Jean Desqué, Eric Lubin, Jean-François Chausse et moi-même.
Ensuite, toujours avec le club, nous participons au challenge Sensas, aussi bien en France qu’à l’étranger. En effet, beaucoup de pays européens organisent une coupe Sensas et ces déplacements à l’étranger me permettent de garder le contact avec tous les compétiteurs de haut niveau à travers l’Europe.

Es-tu impliqué au niveau associatif, CD ?

Je m’occupe d’écoles de pêche à Jarville près de Nancy. En fonctions de mes disponibilités, j’essaie d’être avec les jeunes au bord de l’eau, lors des concours ou des démonstrations, car c’est pêcher qui est le plus important pour eux.
En tant que commercial Sensas dans le Nord-Est de la France, je suis en relation avec les CD pour tout ce qui est sponsorisation des équipes.

Gilles Caudin chez Déclic Pêche, comment cela s’est-il produit ?

Je connais Nicolas (Béroud) depuis 14 ans. Je l’ai rencontré chez Daniel Dijols et depuis ce jour, même si nos avis ont parfois été divergeants, nous avons toujours gardé de bonnes relations. C’est un homme qui a beaucoup fait pour la pêche en France par le biais de son magazine qui est le N°1 de la pêche au coup et les techniques nouvelles qu’il a su présenter et développer comme les carpodrômes par exemple.
Quand j’ai été plus disponible après avoir quitté l’équipe de France, j’ai commencé à collaborer à quelques articles. Je me contentais de collaborer car je ne me sentais pas capable d’écrire un article dans sa totalité. Puis Nicolas m’a proposé d’écrire un article en doublette avec lui : j’ai tout d’abord écrit un premier jet et il l’a corrigé en me montrant ce qu’il attendait exactement. Suite à ça, il m’a proposé d’écrire des articles en entier et ça roule !
Ca me plait bien, j’en ai encore fait un la semaine dernière.

Quelle est ton implication dans le développement du matériel et des amorces Sensas ?

Pour tout ce qui est développement et recherche de nouveaux produits, c’est Jean (Desqué) le responsable. Il n’y a que lui qui puisse faire ces choix là.
Puis les différents représentants de la marque, qui sont tous des pêcheurs de haut niveau, les testent et donnent leur avis tant sur le plan technique que sur le plan commercial, afin de savoir ce qui pourra marcher dans tel ou tel coin de France voir à l’étranger. En ce qui concerne les amorces, c’est toujours Jean qui conçoit les bases et nous les donne à tester dans les quatre coins de France afin d’avoir une amorce qui marche à peu près partout.
Le choix de cette formule de base étant mûrement réfléchi, les seules modifications que nous demandons concernent la couleur ou le pouvoir collant, mais dans de très faible proportions.

Pouvons-nous avoir une nouveauté Sensas en avant première pour pechemaniac ?

Oui en effet, il y a une nouveauté qui va sortir : à partir d’octobre, Sensas va ouvrir une unité de production de pellets gérée par Denis Noir (qui s’occupe aussi de la fabrication des autres appâts Sensas et Starbaits). Un ingénieur a été embauché pour développer cette unité de production qui sera unique en Europe pour un fabricant d’articles de pêche. En effet, toutes les autres marques font appel à des sous-traitants pour fabriquer leur pellets à partir de recettes qu’ils leur fournissent. Sensas a décidé de maîtriser de bout en bout la fabrication de ses pellets afin de garantir le respect de la norme ISO9001, ce que nous sommes les seuls à faire en Europe dans le monde de la pêche.

Pour finir, quelle est pour toi la pêche d’avenir en France ?

Les eaux du domaine public étant de moins en moins poissonneuses, je pense que la pêche d’avenir se trouve dans le privé, et surtout les AAPPMA. Si tu prends l’exemple de la société de pêche qui nous accueille aujourd’hui, elle possède un étang privé très bien géré et entretenu avec beaucoup de poisson (les carpes de plus de 5 kg doivent être remises à l’eau et il y a un alevinage important chaque année).
Le pêcheur d’aujourd’hui veut une pêche facile : arriver en voiture jusqu’au bord de l’eau, pêcher quelques heures, prendre plein de poissons et rentrer sans s’être trop sali.
C’est une pêche de qualité pour un coût modique, moins que 2 jeux de console !!
La pêche passe pour une activité désuète et nonchalante. Les jeunes ne s’y intéressent plus.
Les gestionnaires du domaine public de chaque département constatent chaque année la baisse de vente de cartes de pêche. Mais ils se disent que c’est pareil dans les autres départements et ils baissent les bras. Donc ils se font bouffer par le privé !



Merci beaucoup Gilles pour cette interview et à bientôt au bord de l’eau je l’espère.


Pour réagir à cette interview, c'est par ici : sur le forum => Quelques moments avec Gilles Caudin et son fils